Road trip contre la spondylarthrite : le bilan de Pierre-Yves Le Ster !

Roadtrip à moto à travers l'Europe

« J’ai vraiment pris un grand pied ! ».

20 000 km plus tard, Pierre-Yves Le Ster est de retour en France après cet incroyable road trip à moto à travers l’Europe.

Atteint de spondylarthrite ankylosante, l’homme a souhaité parcourir l’Europe pour sensibiliser à cette maladie.

Une aventure inédite de 3 mois, mêlant rencontres, découvertes et évasions sur laquelle le motard a décidé de revenir pour Epona Motos.

Quel est votre meilleur souvenir ?

Difficile de choisir. Ils sont tellement nombreux ! Peut-être cette fois où après avoir demandé la direction d’une station-essence à 2 femmes, un homme assis dans la rue et m’ayant vu faire, m’a indiqué la route avec de grands gestes. Je l’ai remercié par un pouce en l’air et j’ai vu son visage s’illuminer d’un grand sourire.

Ou peut-être cette fois où j’ai pleuré sous mon casque devant la beauté des paysages lapons au nord de la Finlande.

Et le pire ?

Un grand moment de solitude ! Arrivé à Helsinki, j’ai garé ma moto en ville et oublié de noter sa position sur mon GPS.

Il m’aura fallu 3 longues heures pour la retrouver grâce à l’aide d’un point infos touristiques.

Comme si ça ne suffisait pas, la pluie m’a contraint à faire le tour des auberges de jeunesse, malheureusement toutes complètes ce soir-là, m’obligeant à passer la nuit dans une cabine de camping (sorte de petit chalet) pour 110 €…

Roadtrip à moto à travers l'Europe
Tous droits réservés – Pierre-Yves Le Ster

Quels pays vous ont le plus surpris ?

Je ne parlerais pas de surprise mais plutôt de dépaysement. 3 pays m’ont principalement marqué :

  • la Pologne : après avoir roulé à travers la riche et posée Allemagne, les campagnes polonaises ont de quoi surprendre par leur pauvreté. C’était touchant de rencontrer une population si humble et prête à vous donner le peu qu’elle a ;
  • les Pays-Bas: il faut avoir foi en la solidité de ces longues digues pour vivre en dessous du niveau de la mer !
  • la Norvège et la Suède: toutes les infrastructures sont remplies de linéaires à confiseries. Camping, station-service, supermarché… Du sucre à perte de vue. Inquiétant, lorsque l’on constate que l’obésité est déjà présente chez les jeunes générations.
Roadtrip à moto à travers l'Europe
Tous droits réservés – Pierre-Yves Le Ster

Votre moto a-t-elle bien tenu la route ?

L’état des routes dans les pays du Nord, y compris l’Allemagne et la Pologne, m’a beaucoup surpris. Le trafic routier y est plus important avec des tonnages plus élevés et des sous-sols sableux, ce qui donne des ornières sur tout le réseau, rendant la conduite périlleuse sous la pluie. Et ce, même sur les routes en béton !

En parallèle, les routes de campagne étaient un paradis pour les amateurs du Paris-Dakar ! Mes amortisseurs ont moyennement apprécié la plaisanterie, malgré un tarage puissant des ressorts.

Les pneus de ma moto ont également souffert à tel point que l’avant est complètement déformé avec une usure tout à fait irrégulière.

J’ai également rencontré un problème d’échappement, qui n’a pas apprécié les heures de vibrations à hautes fréquences sur les « autobahns » allemandes.

Comment vous sentez-vous après ces 20 000 km ?

Heureux de l’avoir fait mais aussi très fatigué. Je suis probablement « changé » en profondeur car je reviens avec un regard différent sur certaines valeurs.

C’est encore un peu « en vrac » dans ma tête, je n’ai pas tout à fait atterri ! 😉

Roadtrip à moto à travers l'Europe
Tous droits réservés – Pierre-Yves Le Ster

Un conseil pour ceux souhaitant partir à l’aventure ?

Préparez-vous ! Matériels, météo, assurances, précautions à prendre, us et coutumes, alimentation, moyens de paiement, hébergements, etc. Partir à l’aventure ne doit pas rimer avec inconnu. 😉

Parler anglais est un plus (même si cela enlève un peu de piment).

N’hésitez pas à lire les nombreux témoignages que l’on trouve sur internet.

Une fois parti, vous ne serez plus dans le virtuel. Une bonne préparation mentale et physique n’est donc pas superflue. 

Si vous deviez résumer votre voyage en un mot ?

Heureux ! « Heureux qui comme Ulysse a fait un bon voyage » comme chantait Brassens.

J’ai vraiment pris un grand pied ! 


Merci à Pierre-Yves d’avoir partagé avec nous le bilan de cet incroyable voyage de 20 000 km en Europe à moto.

Envie de tenter l’aventure ? Soyez fin prêts en retrouvant les équipements moto choisis par Pierre-Yves avant son départ.

Toutes les photos sont la propriété de Pierre-Yves Le Ster.

4 pensées sur “Road trip contre la spondylarthrite : le bilan de Pierre-Yves Le Ster !”

  1. Pour moi (qui souffre de SPA), l’été dernier, c’était 5000 bornes en moto en Italie avec mon conjoint, du nord au sud.
    Et cette année, ce sera toujours en, moto, la Sicile en détail, et surtout , l’ascension du Stromboli, en espérant maîtriser douleurs, fatigue, essoufflement, blocages…
    Je raconterai au retour.
    Je me déplace en 125 depuis 35 ans. Prochaine étape : le permis moto (auquel j’ai dû renoncer il y a 2 ans, pour raisons de santé). Cette fois, je ne renoncerai pas !
    Merci pour ton courage et ton témoignage encourageant. La maladie ne nous abandonnera pas, mais elle ne gagnera pas non plus !!!
    Fraternellement,
    Véronique

    1. super véronique!
      bon courage et bonne chance , avec tous mes voeux de réussite au permis, pour mettre la chance de ton coté soigne ton alimentation, 2 ouvrage incontournable pour comprendre le pourquoi de la « chose » : de Jean -Marie Magnien « Réduire au silence 100 maladies avec le régime Seignalet » (sans gluten et sans lait avec des complément alimentaires) . et le deuxième : de Giula Enders « le charme discret de l’intestin » (tout sur un organe mal aimé…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *